Acheter ses livres sur des sites de librairies indépendantes

Acheter ses livres sur des sites de librairies indépendantes

Il est tout à fait possible d’acheter des livres sur internet tout en favorisant l’activité des libraires. Cela vous semble antinomique ? Et pourtant, les sites de vente de livres en ligne, alternatifs à Amazon, qui bénéficient aux librairies indépendantes, ce n’est pas ce qui manque!

En 2018, un.e Français.e sur deux a acheté au moins un livre et près d’un quart plus de deux livres. Les Français.e.s sont donc friand.e.s de lecture ! Mais ombre au tableau, seulement 22% d’entre eux.elles les achètent en librairies, la concurrence est rude !

Cependant, ne pensons pas qu’acheter sur Amazon est une fatalité (sinon quel serait l’intérêt de cet article, je vous le demande ?). En effet, je vais vous présenter des plateformes qui proposent (presque) les mêmes avantages que le géant d’internet, l’éthique en plus !

Amazon, le géant de l’internet sans grande considération

Amazon, membre des GAFA (entendez les géants du web : Google, Amazon, Facebook et Apple), est une multinationale qui a généré près de 232,9 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2018, oh trois fois rien. Et elle représente pas moins de 50% des parts de marché des ventes de livres en ligne cette même année 2018.

Or, l’entreprise n’est pas toute rose. Tous les avantages de la plateforme que l’on connaît pour les clients, font peser une pression énorme sur les salarié.e.s et les partenaires de l’entreprise. Chacun doit suivre une cadence effrénée et ces dernier.e.s doivent également assurer eux.elles-mêmes les frais de port au risque de toucher une marge très minime.

De plus, vous n’êtes peut être pas sans savoir que l’entreprise détruit des milliers d’invendus chaque année, ce qui représente un gâchis énorme de ressources. A ce propos, je préfère tout de même préciser qu’Amazon s’est justifiée en expliquant qu’il s’agit d’invendus de vendeurs tiers. Ces derniers, pour en faire des donations, doivent s’acquitter de la TVA sur les donations. Or, celle-ci ne serait pas économiquement viable pour eux.

Mais certain.e.s libraires ont répliqué et proposé des alternatives au géant de l’internet. Ainsi, plusieurs plateformes ont vu le jour à l’initiative de groupements de libraires, s’appuyant sur Internet comme d’un allié.

Les avantages à retourner acheter en librairies

Bon, encore deux petites minutes avant de vous lister les différents sites si vous le voulez bien. Il faut tout de même que j’essaye de vous convaincre d’avantage de passer par ces plateformes pour faire vos achats car je sens quelques réfractaires.

Les livres sont partout au même prix !

On pourrait se demander, à juste titre, si les livres achetés en librairie sont plus chers. Eh bien figurez-vous que non ! En effet, depuis la loi Lang de 1981 qui a pour objectif la défense de la culture et la présence de librairies partout sur le territoire, c’est l’éditeur qui fixe le prix des livres et non le libraire, ainsi le prix du livre est le même partout. Autrement dit, que ce soit en grandes surfaces, sur Internet ou au sein d’une chaîne – et bien sûr en librairie – le prix est exactement le même.

Le site librairie-genealogique.com

Le site a été créé par la librairie de la Voûte, qui regroupe 7 maisons d’éditions et plus de 10 000 de références !

Le site leslibraires.fr

Leslibraires.fr est un portail de librairies indépendantes fondé sur l’initiative de la librairie Dialogues, à Brest.

Il a pour vocation d’aider les lecteur.ice.s à trouver les librairies les plus proches de chez eux/elles selon leurs spécificités : si elles vendent des livres neufs, anciens ou bien d’occasion.

Vous pouvez commander les ouvrages, les réserver auprès de la librairie de votre choix ou bien les faire livrer. Il existe plus de 5 millions de références !

De plus, vous avez aussi la possibilité de faire une recherche d’ouvrage dans les librairies répertoriées, directement sur le site.

Le site Librairiesindépendantes.com

Le site Librairiesindépendantes.com, créé par le Syndicat de la librairie française (SLF) est le premier moteur de recherche de livres en France. Avec près de 900 librairies référencées, ce site est un véritable moteur de recherche grâce, notamment, au référencement de 16 portails de libraires indépendant.e.s, nationaux, régionaux ou spécialisés.

Le site lalibrairie.com

Créé en 2009 par un groupement de près de 2 500 libraires indépendant.e.s, le site lalibrairie.com se présente comme une alternative au site Amazon.

Le site est tenu par une petite entreprise, la Générale Librest, dont les salarié.e.s, moins d’une vingtaine, sont tous en CDI à temps complet. Celle-ci travaille de pair et au service du réseau de librairies à l’origine du site.

Le site lalibrairie.com propose aux lecteurs et lectrices de commander des livres et quelques DVD en ligne et se les faire livrer en librairies dans l’un des 2500 Points Libraires partenaires (librairies et diffuseurs de presse) ou bien directement à domicile, même à l’étranger, avec une participation aux frais de port.. La plateforme compte aujourd’hui près de 350 000 références.

Le site Libraires ensemble

Le site dépend du groupement du même nom qui représente près de 50 librairies indépendantes françaises réparties en métropole, en Guyane et à la Réunion.

Vous pouvez réserver et retirer les livres dans la librairie de votre choix ou vous les faire envoyer. Et les paquets cadeaux sont gratuits !

Le site Libr’Aire (Hauts-de-France)

Libr’Aire est tenu par l’association du même nom qui regroupe une cinquantaine de librairies indépendantes des Hauts-de-France.

Vous pouvez réserver et retirer les livres dans la librairie de votre choix ou vous les faire envoyer.

Et puis, vous pouvez aussi découvrir de nouvelles lectures dans la rubrique grâce aux conseils de lecture des libraires de l’association.

Le site Paris Librairies

Le site est tenu par l’association du même nom qui regroupe près de 150  librairies parisiennes. Elle a vu le jour après qu’on ait fait ce constat : c’est en région parisienne que l’achat en ligne est le plus fréquent alors que c’est à Paris que la densité de librairies est la plus importante.

Le site Librest (région parisienne)

Le site Librest est tenu par le réseau du même nom, un groupement de librairies indépendantes du Grand Paris qui regroupe 10 librairies. Celles-ci se trouvent principalement à l’est de Paris, mise à part une située à Boulogne-Billancourt.

Librest s’engage à ce que vous puissiez récupérer vos livres commandés sur le site, en moins de 24h, dans une des librairies du réseau de votre choix.

Vous pouvez faire de nouvelles découvertes de lecture en vous rendant sur la rubrique « Conseils de libraires ».

Le site ALIP (Association Librairies Indépendantes Pays de la Loire)

Le site est tenu par l’Association des Librairies Indépendantes des Pays de la Loire. Elle recensé près de 29 librairies.

Le site vous permet de réserver ou commander un ouvrage au sein de la librairie, membre de l’association, de votre choix.

Le site Librairies Indépendantes en Nouvelle-Aquitaine

Le site a été créé par l’association, née de la réunion de trois anciennes associations, qui regroupe près de 100 librairies.

Le site vous permet de faire une recherche d’ouvrage et le réserver dans la librairie de votre choix. Vous pouvez également découvrir de nouvelles lectures dans la rubrique « Les coups de cœur ».

Le site Chez mon libraire

Il s’agit d’un site collectif mis en place par l’association Libraires en Rhône-Alpes en Novembre 2014 qui a ensuite été ouvert aux libraires auvergnats de LIRA à la rentrée 2016. Il recense aujourd’hui plus de 100  librairies.

Le site Libraire(s) à Nice

Cette fois, il s’agit d’un site qui fédère 6 librairies indépendantes au sein de la ville de Nice.

Que propose le site ?

Le site vous permet de réserver ou commander votre livre à retirer par la suite en librairie. Le paiement se fait uniquement en librairie.

Ce que j’apprécie : vous pouvez faire une recherche d’ouvrage dans la librairie de votre choix en la sélectionnant dans la barre de menu verticale qui se trouve sur votre gauche.

Grâce à la rubrique « Coups de cœur », vous pouvez faire de nouvelles découvertes de lecture.

Share Button
Base de données des 104 000 soldats belges décédés et décorés

Base de données des 104 000 soldats belges décédés et décorés

 Les soldats du Royaume de Belgique n’ont pas démérité pendant la première guerre. Bien que très tôt envahie et son gouvernement réfugié à Londres, la Belgique, petite par sa taille et sa population, opposa 140 000 soldats aux forces allemandes déferlant sur ses frontières.
Parmi eux, elle ne compta pas moins de 42 000 soldats décédés au champ d’honneur. Plus de 90 000 combattants survivants reçurent après la guerre la Croix du Feu, témoignage de reconnaissance de la Nation belge pour leur comportement héroïque pendant les combats. Instituée par décret royal du 6 février 1934, la Croix du Feu honorait les hommes et femmes personnels militaires et civils des forces armées belges – y compris coloniales – ayant servi au moins 32 mois au front et ayant subi le feu.

http://guerre-14-18-belgique.geneafrancobelge.eu/

Sources
• Sépultures militaires belges
• Livre d’Or de la Carte du Feu

Share Button
Base de données des militaires décédés au cours des guerres du Premier Empire

Base de données des militaires décédés au cours des guerres du Premier Empire

Base de données des militaires décédés au cours des guerres du Premier Empire, conscrits et militaires d'active, soldats réguliers. Ce site a pour but de rendre hommage à tous les officiers, sous-officiers et hommes du rang qui moururent aux quatre coins de l'Europe au cours de cette tumultueuse période que fut l'empire français. Le nombre de décès le plus souvent retenu est d'environ 900 000  à 1 million hommes.

http://guerre-empire.geneafrancobelge.eu/
Share Button

Les transportés de 1848

Aux lendemains des journées de Juin 1848, les dirigeants de la IIe République sont confrontés à l’organisation de la répression de l’insurrection. Plusieurs milliers d’insurgés sont alors désignés pour être soumis à une transportation outre-mer.

Chaque fiche comprend le nom, le prénom, la profession, l’âge, le lieu naissance, la domicile.

Share Button
Mise à jour du fichier des naturalisations en France

Mise à jour du fichier des naturalisations en France

Ce fichier contient les naturalisations, les réintégrations et les admissions de 1919, 1920, 1924 à 1930 et les années 1947, 1948 et 1950. Il contient aussi la liste des enfants mineurs mentionnés dans les actes dont leurs parents on bénéficié   Chaque personne peut être identifiée par :

–  Son nom de famille
– Son prénom

– Sa profession

– Sa date de naissance
– Son lieu de naissance

– Son département de naissance

– Le pays

– Le domicile

– Le département du domicile

– Le pays du domicile

La parentés

– La date du décret  

Consultation  gratuite

Consulter la base

http://naturalisations.geneafrancobelge.eu

Share Button
Nouveau site internet geneahainaut.geneactes.be

Nouveau site internet geneahainaut.geneactes.be

Vous recherchez un ancêtre sur la province du Hainaut, le site Hainaut Généalogie vous aide dans cette recherche.

Hainaut Généalogie met à votre disposition le relevé des actes de Naissances/Baptêmes, Mariages, Décès/Sépultures des communes du Hainaut.

Pour recevoir un code d’accès il y a deux façons

•1) Devenir adhérent de l’association Rdv-Généalogie la cotisation est de 10.00 € pour l’année et vous recevrez 1600 points par an

• 2) Envoyer vos propres dépouillements. Votre compte sera alors crédité d’un point par acte fourni.

Vos données doivent être au format d’exportation de Nimègue 2 ou 3, au format excel, avec une colonne par renseignement ou un fichier gedcom. Lorsque vos actes seront mis en ligne, vous recevrez un crédit d’acte égal au nombre d’actes soumis. Ces données sont mises à disposition pour faciliter les recherches des généalogistes amateurs.

http://geneahainaut.geneactes.be

Share Button
Livre de généalogie gratuit à télécharger – Comment débuter sa généalogie

Livre de généalogie gratuit à télécharger – Comment débuter sa généalogie

Livre de généalogie gratuit à télécharger

Des papiers de famille à l’utilisation d’Internet, tout ce qu’il faut savoir pour bien démarrer sa généalogie. Un passe-temps qui deviendra vite une passion.  Et cet été ou pendant le confinement, pourquoi ne pas profiter des vacances pour se lancer? Contrairement à une idée reçue, entreprendre sa généalogie n’est pas si difficile que cela. Écrire aux mairies pour obtenir les photocopies des premiers actes, puis se rendre aux archives départementales afin de consulter les registres de l’état civil et les registres paroissiaux devient vite un jeu d’enfant avec un peu de pratique. Le passage aux autres séries – et notamment aux archives notariales – se fait ensuite naturellement. Pour en arriver là, il faut néanmoins posséder quelques bases indispensables. C’est à celles-ci qu’est consacré ce livre.

Francis Christian, directeur de publication de Généalogie Magazine, dirige les éditions Christian spécialisées en histoire et en généalogie.

Pour télécharger

Share Button
Nouveau – E-librairie généalogique

Nouveau – E-librairie généalogique

e-librairie.lavoute.net est une libraire généalogique 100% numérique, connecté à un large écosystème de systèmes de lecture et de réseaux sociaux.

Chaque mois, e-librairie.lavoute.net distribue plusieurs centaine de livres, de revues numériques à une communauté en pleine expansion.

e-librairie.lavoute.net est basé à Paris.

http://e-librairie.lavoute.net

Share Button
Les prénoms les plus populaires en Belgique de 1995 à aujourd’hui

Les prénoms les plus populaires en Belgique de 1995 à aujourd’hui

Le prénom Arthur a été le plus choisi en 2017 pour les naissances de petits garçons en Belgique, une nouveauté après un boom du prénom Liam en 2017 et plusieurs années de règne des Lucas (2010, 2011, 2012, 2016) et des Louis (2013, 2014, 2015). Côté filles, Emma reste l’indétrônable numéro un: ce prénom populaire aussi bien chez les francophones que chez les néerlandophones est solidement ancré en tête des statistiques nationales pour la 16e année consécutive.

En 2017, 608 petites Emma ont vu le jour en Belgique. Diminutif d’Emmanuelle (origine hébraïque) ou d’origine germanique, ce prénom est numéro un en Wallonie, comme en 2016, et numéro 4 en Flandre où l’on semble légèrement préférer Mila (1), Olivia (2) et Marie (3). A Bruxelles, Nour est le prénom 2018 le plus populaire pour les fillettes, devant Sofia et Lina, qui occupait le première place en 2016. Comme en Flandre, Emma se classe 4e dans la capitale.

Pour les garçons, les statistiques sont plus contrastées: Arthur doit surtout sa première place à son succès en Flandre. Le prénom, donné 565 fois au niveau national, est premier au Nord du pays (donné 315 fois), 5e en Wallonie (donné 206 fois) et seulement 16e à Bruxelles (donné 44 fois). Noah et Adam complètent le top 3 national, ce troisième prénom étant numéro un dans la capitale. Le prénom Gabriel, le plus populaire en Wallonie, ne figure qu’à la 9e place au niveau belge. 

Les statistiques Statbel ne reprennent pas les prénoms apparus moins de cinq fois, mais l’on découvre en fin de liste quelques exemples de noms ayant tout juste atteint ce cap. En 2017, cinq bébés garçons ont ainsi reçu les noms de Elvis, François, Gérard, Lorenz, Malcolm, Neymar, Oussama, Pharell, Toots ou encore Zidane. Chez les filles, on retrouve entre autres, en fin de liste, Antoinette, Aurélie, Delphine, Eliane, Evangeline, Greta, Mégane, Reine ou encore Sixtine, avec cinq occurrences en Belgique en 2017. 

http://prenoms.geneafrancobelge.eu/

Share Button

Guerre 14-18 : votre ancêtre est-il mort pour la France ?

Grâce à notre moteur de recherche de geneafrancobelge, cherchez vos ancêtres parmi plus d’un million de soldats tués.

Les bases de données permettant de connaître le détail des parcours des soldats de la Première Guerre mondiale sont nombreuses, Elles permettent pourtant de raconter l'histoire d'une façon inattendue.

Plus d'un million de disparus, classés par noms, prénoms, date de décès et département sont ainsi accessibles sur guerre-14-18.geneafrancobelge.eu. Vous pouvez en savoir plus sur chacun des soldats présents dans cette base en cliquant sur « Voir la fiche ».

Quelques enseignements…

Des prénoms et des leçons. Sans grande surprise, Jean, Pierre, Louis, Joseph et François, prénoms classiques du début de siècle, forment les cinq prénoms les plus frappés. A eux cinq, ils représentent 79647 victimes, soit 8 % des soldats morts pour la France. On compte également plus de 1700 Mohamed (et ses variantes) morts pour la France, principalement nés en Algérie, et plus d'un millier de John, dont l'immense majorité en 1918, après l'entrée en guerre des Etats-Unis. On notera aussi la présence de prénoms disparus comme Claudius (plus de 800 occurrences !). Enfin, côté féminin, on compte 154 Marie, dont un bon nombre d'infirmières fauchées sur les champs de bataille.

guerre-14-18.geneafrancobelge.eu/Prenoms-MPLF.php

Des familles surreprésentées. Le classement des 1000 patronymes les plus touchés (au moins 100 représentants tués) est très représentatif des noms de famille qui sont encore actuellement les plus portés en France, Martin et Bernard en tête. Mais, à l'instar des prénoms les plus portés par les soldats tombés au combat, les noms de famille avec lesquels ils s'étaient fait recenser racontent la grande hétérogénéité de leurs origines : Martinez, Johnson, Mohamed, Paoli ou Smith font, elles aussi, partie des familles les plus endeuillées.

guerre-14-18.geneafrancobelge.eu/Noms-MPLF.php

 

guerre-14-18.geneafrancobelge.eu/

Share Button